Rencontrez le « sensei » de yoga d’Ayumi Hamasaki

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette « Yoga girl » de Singapour est partie en tournée avec la reine de la J-pop, mais entraîne aussi des stars de Hong-Kong.

SINGAPOUR – Voici un fait peu connu : Le « sensei » (professeur) de yoga de la reine de la pop japonaise Ayumi Hamasaki vient de Singapour.

La professeur de Yoga Maria Lourdes Chan, une entraîneuse privée, a rencontré Hamasaki en 2014.

La jeune femme de 36 ans se souvient de l’appel, totalement inattendu, d’une connaissance qui disait « Hey, Maria, je t’envoie quelqu’un. C’est une superstar japonaise, Ayumi Hamasaki, elle est en route en ce moment .»

Il s’avère que « l’impératrice de la J-pop » était à Singapour à la recherche d’un entraîneur « fou et hardcore ». « Elle voulait quelqu’un qui repousse ses limites. Elle ne voulait pas quelqu’un qui la materne. »
« Je savais que c’était une énorme star dans les années 90, mais je n’arrivais pas vraiment à m’en souvenir, et je n’ai même pas eu le temps d’aller sur google !  Elle est arrivée avec des gardes du corps. La première chose que je lui ai dite était « Bonjour, avez vous des blessures ? » Avant de pouvoir la mettre à l’épreuve, j’avais besoin de connaître ses capacités. Je ne lui ai pas demandé de faire autre chose que ce qu’elle était capable de faire. Je voulais voir son potentiel. »
Elle ajouta « Pour moi, peut importe que vous soyez un star ou pas. Quand on s’entraîne avec moi, j’essaie de « tuer » les pires choses que vous pensez de vous même, et faire ressortir le meilleur de vous. »
Hamasaki a déclaré à TODAY dans une interview que « c’était le bon moment » pour rencontrer une entraîneuse comme Chan.

maria lourdes chan«En travaillant de manière intensive avec Maria à Singapour, j’ai senti que je voulais continuer sur ma tournée » dit Hamasaki. Ses prestations peuvent être très physiques et éprouvantes, et le yoga, pensa-t-elle, serait un bon complètement puisqu’il étire mais aide également à maintenir la force et la souplesse.

Pour la tournée, Chan fit des aller-retour de Singapour chaque semaine pendant trois mois pour entraîner Hamasaki, mais également échauffer ses danseurs et acrobates avant chaque concert, et les décontracter après.

Hamasaki a invité Chan à se joindre à une tournée plus longue cette année, couvrant huit mois.

Chan a fondé le studio, à présent fermé, Bikram Yoga Katong, et s’est faite un nom grâce à ses cours survoltés et intenses. Elle enseigne également dans les entreprises et pour les groupes sous le nom de Est Side Yoga, en plus de donner des cours particuliers.

Ses cours en tête-à-tête concernent des banquiers ou d’autres célébrités, comme deux grandes familles de Hong-Kong qui ne souhaitent pas être nommées car « ils veulent garder le yoga comme leur arme secrète. Ils ne veulent pas partager leur professeur de yoga » précise Chan.
Hamasaki est une élève très tenace, raconte Chan, qui a été formée à enseigner le yoga Bikram, la série des 26 postures originelles et deux exercices de respiration.
Hamasaki travaille « directement vers ses capacités maximales » à chaque session,« Même quand elle hurle « itai ! », elle n’abandonne pas » dit-elle, en référence au mot japonais pour la douleur .
Pour Hamasaki, le yoga « procure calme et concentration ». Elle ajoute qu’en tant qu’artiste de scène, la connexion entre le corps et l’esprit est important car « plus la performance est physique, plus l’on a besoin d’être calme »
Elle ajoute que depuis qu’elle s’entraîne avec Chan, « ma force et ma souplesse se sont améliorées. » « je continue d’appliquer certain mouvements et techniques de Maria » même si elles ne s’entraînent plus régulièrement ensemble aujourd’hui.

Par May Seah

Traduction d’un article paru le  28 Avril sur le site TODAYonline